Patrimoine

marc-antoine-6585

Eglise Notre-Dame des Grâces

photoA

Lieu de recueillement et de célébrations pour les frères et sœurs de Saint François d’Assise,
la communauté paroissiale et les hôtes de passage.

Un sanctuaire où de nombreux artistes, architectes, sculpteurs, céramistes
ont exercé leurs talents pour vous inviter à la prière. 

Les chapiteaux

photoC

Les chapiteaux ont été réalisés par les sculpteurs Gaston et Michel Annaert.
Ils illustrent les mystères de Marie, patronne de l’église et des vocables sous
lesquels elle est invoquée, une évocation de la vie de S. François d’Assise ;
une célébration du mystère de la mort et de la résurrection du Seigneur,
la Parole révélée et les autres sacrements de la vie chrétienne.
Les chapiteaux du transept évoquent le mystère de l’Eglise fondée sur les apôtres
et l’Ordre franciscain, représenté par ses figures les plus connues.

Si vous souhaitez une explication détaillée,
vous trouverez au fond de l’église un tableau descriptif de chacun des chapiteaux.

 Les vitraux

chant-doiseau-marc-antoine-sepulchre-21-janvier-20917-3

Les vitraux ont été réalisés entre 1961 et 1967 par les maîtres verriers Simon Steger et Fernand Crickx.
Les vitraux non figuratifs, plus récents, ont été dessinés par Jehan de Meester.

La rosace de façade (au-dessus des orgues) représente la Vierge à l’Enfant au coeur de la Création.

 

L’orgue

marc-antoine-6591

L’orgue compte parmi les plus grands instruments modernes d’Europe
(15 tonnes et 14,50m de haut).
Réalisé en 1981 par le facteur allemand Detlef Kleuker.

La conception musicale est due à l’organiste Jean Guillou
et l’esthétique du buffet à l’architecte Jean Marol.

Un instrument révolutionnaire,
habillé d’une sculpture contemporaine, évoquant,
pour rappeler le nom du quartier,
deux oiseaux en parade nuptiale.

Une asbl Musique au Chant d’Oiseau
prend en charge l’organisation de nombreux concerts.

 

 

L’église

marc-antoine-6582

L’église, inspirée du roman primaire, est l’œuvre de l’architecte Camille Damman.
Elle fut bénite le 2 juillet 1949 par le cardinal Van Roey.
La hauteur de la façade est de 25m, la nef longue de 85m, pour une hauteur de 18m50.
On compte 196 fenêtres.

L’oratoire

marc-antoine-6613

L’oratoire, à droite, vers le milieu de l’église,
constitue un lieu de recueillement.
Le tabernacle a été réalisé
par le céramiste Max van der Linden.

Dominé par François, qui, tel un guetteur,
veille sur l’Eglise,
il représente des scènes de la vie du saint.

Sur la porte, une évocation de l’eucharistie
avec le Poverello comme l’un des disciples d’Emmaüs
Vitrail évoquant le baptême :
la colombe (l’Esprit) survolant le Jourdain.

St François et l’ordre franciscain

photoH
Fils d’un riche marchand drapier,
François naît à Assise en 1181(82),
époque de grandes transformations sociales
et de violences.
Menant la vie de la jeunesse aisée de son époque,
il veut devenir chevalier.
Fait prisonnier au cours de la guerre Assise-Pérouse,
il connaîtra la geôle durant un an.
Il s’engage ensuite comme mercenaire
pour rejoindre les troupes pontificales.
Une nuit d’étape, il entend une voix mystérieuse :  » Pourquoi suivre le serviteur
au lieu du maître dont il dépend ? « .
François rentre à Assise.
Une année de conversion et de ruptures.

Bouleversé par une page d’Evangile sur la pauvreté,
il la prend comme règle de vie.
Trois ans après, quelques jeunes vont se joindre à lui, pour mener une vie de pénitence et de charité : fréquenter les pauvres et les marginaux, prêcher à tous l’Evangile et la conversion.
Cette  » fraternité des pénitents d’Assise  »
se dote d’une règle de vie : pauvreté, travail
et prédication de la paix.
Avec l’aide des conseils du Poverello,
Claire d’Assise fondera l’Ordre
des Pauvres Dames (Clarisses).
François suscitera aussi un  » tiers ordre  » pour laïcs désireux de rester dans le monde.
L’originalité du  » petit pauvre  » est la recherche d’une existence la plus proche possible de celle du Christ.
Sa lecture de l’Evangile a humanisé considérablement la religion de son époque et des suivantes.

Notre-Dame du Chant d’Oiseau

marc-antoine-6637

La statue de la Vierge au sourire, vénérée dans la petite chapelle au fond de l’église, est une copie de la statue  » Notre-Dame aux chants d’oiseaux « , nichée dans un hêtre, du petit bois  » Vogelzang  » (Chant d’Oiseau) sur les bords de la Senne, en dehors des murailles.
Les premiers franciscains s’y établirent en 1228
et y construisirent une église en 1244,
incorporant la chapelle de la Vierge,
à l’endroit même où se trouve aujourd’hui
le Palais de la Bourse.
L’antique statue de Notre-Dame,
chaque fois sauvée de plusieurs désastres, retrouvera sa place en 1862 chez les Frères Mineurs de la rue d’Artois. C’est une copie exacte de la vénérable statue, qui se trouve aujourd’hui au  » Chant d’Oiseau « .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s